partagez une citation

Partagez votre citation, proverbe ou dicton favoris:

Prendre l'ascenseur avec ses informaticiens

le 09/07/2010 dans Entreprise
Shampoing l'Oréal

"Ils (ndlr : les informaticiens de chez l'Oréal dans les années 60) occupaient tout un étage de bureaux. Je (ndlr : François Dalle, ancien président de l'Oréal) les connaissais mal. Leur discipline leur appartenait, et à eux seuls. Ils communiquaient peu avec les autres, lesquels se sentaient diminués vis-à-vis d'eux. Ils étaient considérés et se considéreraient sans doute eux-mêmes comme une classe à part, pour tout dire, une caste. Je compris bien plus tard, lorsque nous avons pu utiliser la micro-informatique, que la technique dont ils disposaient, à l'époque, manquait de convivialité et qu'elle était donc pour beaucoup dans les difficultés de communication dont ils faisaient preuve.

Je rencontrai quelques-uns de nos informaticiens tous les mercredis matin, lorsque je me rendais à Aulnay pour présider la conférence hebdomadaire de recherche. Nous prenions le même ascenseur, eux jusqu'au quatrième étage, moi jusqu'au troisième. L'ascenseur !

Nous avons tous eu l'occasion de nous trouver enfermés avec des inconnus, à une heure de pointe, dans ces espèces de caissons. On ne sait trop où poser son regard ni quelle contenance prendre. À l'heure où je le prenais, l'ascenseur d'Aulnay me procurait la même impression. Les inconnus, en l'occurence, c'étaient mes informaticiens. Pendant l'ascension de trois étages, car eux descendaient après moi, nous partagions le même caisson sans articuler le moindre mot. J'en étais affligé, car, si je ne les connaissais pas, je savais qu'ils savaient qui j'étais et je pensais qu'ils auraient pu me témoigner, comme les autres employés d'Aulnay, une marque d'attention. Mais ils se muraient dans un silence qui dura, mercredi après mercredi, jusqu'au jour où je m'avisai qu'il m'appartenait de le rompre. Au sortir de l'ascenseur, j'eus l'idée de lever la main en souriant et de lancer à la cantonade "bonne journée !", sur un ton enjoué. Mais mon initative ne provoqua aucune réaction. Le mercredi suivant, le même scénario se renouvela. Et puis, un beau mercredi, alors que je me trouvais derechef dans mon caisson, un dossier m'échappa des mains et tomba sur les pieds d'un de mes jeunes voisins, qui le ramassa et me le tendit. En reconnaissance, je lui donnai une petite tape sur l'épaule et quittai l'ascenseur avec mon sempiternel souhait. C'est alors que le miracle se produisit : tous me répondirent d'une seule voix, comme en écho : "Bonne journée." Cette journée-là fut effectivement pour moi une très bonne journée. Depuis lors, mon échange de bonnes manières avec mes informaticiens d'Aulnay est devenu rituel dans tous les ascenseurs de la Maison."

Ce récit est un extrait du livre de François Dalle, l'Aventure l'Oréal, page 348. François Dalle fut le président de l'Oréal de 1957, à la suite d'Eugène Schueller son fondateur, jusqu'en 1985 où il quitta ses fonctions. Décédé en 2005, Fançois Dalle nous laisse un témoignage extrêmement riche sur la stratégie d'entreprise, le management et l'entrepreneuriat.

Pour en revenir à ce passage, je le trouve assez emblématique de la perception des informaticiens au sein d'une entreprise dont l'informatique n'est pas le coeur de compétence. Aussi presque 50 ans plus tard, et malgré comme nous le dit l'ancien PDG, l'avénement de la "micro informatique", j'ai toujours bel et bien l'impression que cette description colle toujours à la réalité générale.

Et en ce qui concerne l'ascenseur, la formule résume parfaitement cette étrange sensation.

Et vous qu'en pensez-vous ?

Réagir

Post new comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Si vous possédez un site Internet, entrez son adresse ici (précédée de http://), les visiteurs de cette page pourront y accéder ensuite
ex: http://www.labonnecitation.com
un site Hipponoos